• Accueil
  • > Recherche : envie lecture

Résultat pour la recherche 'envie lecture'

LA FORET DES MANES

livre.jpg

Présentation de l’éditeur :

A Paris, Jeanne Korowa, brillante juge d’instruction à la vie affective désastreuse enquête avec François Taine sur une série de meurtres particulièrement sauvages : démembrements, cannibalisme, et mises en scène macabres. Trois plantureuses Vénus atrocement dévorées, trois tableaux sanglants entre rituel et folie. Abusant de son autorité, Jeanne fait installer des micros dans le cabinet d’Antoine Féraud, le psychanalyste qui reçoit chaque semaine son ex petit ami, et tombe par hasard sur une séance étrange où un père révèle les pulsions sanguinaires de son fils autiste et son passage à l’acte. Autisme, fécondité, préhistoire : trois pistes qui mèneront Jeanne, au Nicaragua, au Guatemala, puis dans les marais argentins. Au terme de sa quête, dans la forêt des Mânes, elle découvrira une vérité qu’on aurait préféré ne jamais connaître.

Mon avis :

Du Grangé dans toute sa splendeur…. Comme d’habitude, on angoisse, on se pose beaucoup de questions, on halète et surtout, on a plus envie de lâcher le livre.

En même temps, on voyage et on apprend ou on se remémore des faits et contextes politiques en Argentine.

On se laisse si bien porter que jamais on ne pense de quoi est capable un pseudo psychanalyste.

Haletant, je vous le dis….

Bonne lecture…

LE VOYEUR

livre2.jpg

 

Présentation de l’éditeur :

Par une belle soirée, ce 4 juillet 1977, Laura Starr, âgée de 18 ans et sa jeune soeur de 17 ans, Cindy, se promènent dans un parc au bord du lac. La cadette a rendez-vous avec Jonny, Jonathan Stride, son petit ami. Il retouve les deux jeunes femmes au bord de l’eau après un match de base-ball. Jonny a une idée en tête : faire l’amour pour la première fois avec Cindy. Se sentant de trop et n’ayant aucune envie de s’immiscer dans l’intimité des deux amoureux, Laura décide de rentrer et s’enfonce dans la forêt en empruntant un petit chemin. Quelques heures plus tard, Cindy rentre au domicile familial et réalise que sa soeur est absente. Une inquiétude l’envahit. En effet, Laura reçoit depuis des mois des lettres menaçantes, à forte connotation sexuelle. Elle retourne au lac et découvre la dépouille ensanglantée de sa soeur. Près d’elle, la batte de base-ball de Peter Stanhope, un prétendant éconduit de Laura….

Trente ans plus tard, Jonathan Stride reprend l’enquête….

 

Mon avis :

C’est une histoire rythmée et bien ficelée. On suit Jonathan Stide dans son enquête, on soupçonne beaucoup de monde sauf le vrai coupable. Ce n’est qu’à la fin du livre qu’on comprend qui est responsable de la disparition de la jeune Laura Starr.

Un livre haletant qu’on a du mal à lâcher.

Bonne lecture….

LEVEL 26

level26.jpg

Présentation de l’éditeur :

Les policiers du monde entier répartissent les criminels sur une échelle de 1 à 25, selon leur dangerosité. Un tueur échappe à cette classification. Cruel à l’extrême, insaisissable, sévissant sur tous les continents, il ne connaît aucune limite ni aucun mode opératoire de prédilection : c’est le niveau 26. Un seul homme peut l’arrêter. Il s’appelle Steve Dark, et depuis que ce monstre a massacré sa famille, il s’est juré de cesser de traquer les psychopathes. Mais bientôt, il n’aura plus le choix.

Mon avis :

Un tueur démoniaque comme on en a jamais rencontré. C’est un livre qu’on ne peut plus lâcher, tout y est réuni pour vivre stress et angoisse. On devient très vite ami des agents Dark et Riggins.

L’écriture est relativement rapide au début et s’accélère encore sur la fin, d’où cette envie de vite arriver au bout pour connaître la fin de Squweegel, tueur maléfique et….. la fin suggère une suite bien plus terrible encore !!

En prime, l’adresse d’un site et des mots de passe à la fin de certains chapitres qui permettent de visionner des vidéos.

Bonne lecture !

L’APPRENTI

lapprenti.jpg

Présentation de l’éditeur :

Depuis que Warren Hoyt croupit derrière les barreaux, l’inspecteur Jane Rizzoli, fleuron de la police criminelle de Boston, souffle un peu : ce tueur en série, surnommé le Chirurgien en raison de son habileté à manier le bistouri, lui a fait subir un calvaire qu’elle n’est pas près d’oublier. Le pire est à venir… Appelée sur les lieux d’un nouveau crime, elle constate que certains détails rappellent les méthodes de l’actuel prisonnier. A une différence de taille: si ce dernier s’attaquait à des femmes seules, le nouvel assassin, lui, n’hésite pas à s’en prendre à des couples. C’est le moment que choisit Hoyt pour s’évader de sa cellule. Dès lors, ce n’est plus un meurtrier qu’il faut arrêter, mais deux, qui ne trouvent rien de mieux que d’associer leurs « talents »…

Mon avis :

On retrouve l’inspecteur Rizzoli, qui affronte deux monstres et ses démons. On n’oublie pas ce qu’elle a subi de la part du Chirurgien et lorsque celui-ci arrive à s’évader de prison on tremble pour elle, sachant qu’il va forcément vouloir la retrouver, avec l’aide de son « apprenti » qui est aussi fou que son « maître ».

On a également plaisir à découvrir une faille chez Rizzoli, ce qui la rend plus humaine. Elle tombe amoureuse de l’agent du FBI qui travaille également sur cette enquête.

Bref, un livre qui se lit d’une traite et donne envie d’en lire d’autres de cet auteur….

 

Bonne lecture

Vince et Joyce

livre.jpg

 

Présentation de l’éditeur :

 Été 1986, Vince et Joy ont dix-neuf ans. Ensemble, ils découvrent l’intensité du premier amour, qu’ils ne pourront jamais oublier. Séparés par les caprices de la vie et d’un destin facétieux, ils ne cessent de se croiser, à coup de jeux de tarot, de chat télépathe et de colocataires opiniâtres. Peut-on retrouver son premier amour, vingt ans après ?
Romancière acclamée en Grande-Bretagne et aux États-Unis, Lisa Jewell décrit dans ce roman tendre et drôle les hasards de la vie, les signes du destin et , l’amour qui triomphe.

Mon avis :

Quand j’ai refermé le livre, une chanson m’est venue à l’esprit : « c’est un beau roman, c’est une belle histoire. C’est une romance d’aujourd’hui….. ».

En général, je ne suis pas très intéressée par ce genre de livre, mais là, j’avoue qu’on se laisse vite emporter par l’histoire. C’est un peu écrit à la façon d’un policier et on veut savoir quand, comment ils vont enfin se retrouver. Par moment, on a même envie de rentrer dans l’histoire et de leur dire : « Stop ! Ca suffit les conneries ! ».

Oui, c’est un beau roman, c’est une belle histoire !

Bonne lecture.

12



sandys6 |
Because the words are my life |
LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Clé des Brumes
| laptitedevoreusedelivres
| Le point du jour n'aura pas...