L’HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE

lhommequivoulait.jpg

Présentation de l’éditeur :

Ben Bradford est un modèle de réussite sociale. De la pression parentale cherchant à le détourner de ses ambitions artistiques, il a fait le moteur de son ascension vers les hautes sphères de Wall Street. Ben Bradford lutte, et pourtant, il est bien obligé de se rendre à l’évidence : « réussir », « le plus américain des verbes », le fait vomir. Ce n’est pas avec fierté qu’il pose son regard sur la somme de ses possessions, mais en détaillant chaque objet par le menu, connaissant son prix au dollar près, contraint d’admettre que sa frénésie de consommation dissimule mal un terrible besoin de se sentir exister. Sa luxueuse banlieue l’oppresse et croule sous l’épaisse couche de vernis de l’american way of life qui ternit pourtant un jour à la faveur d’une sordide histoire d’adultère. Et là, Ben Bradford commet l’irréparable. S’ensuit une fuite éperdue, l’adoption forcée d’une nouvelle identité, et la révélation d’un destin qui s’épanouit malgré lui.

Mon avis :

Un peu lent au début mais très vite le rythme s’accélère. Les lenteurs du début marquent bien l’ennui de ce couple qui ne marche plus, qui s’est perdu dans la routine.

La seconde vie de Ben est plus proche de celle dont il rêvait, mais à quel prix ? Surtout qu’il a eu chaud, très chaud même et après….. encore une nouvelle vie ! Peut-on vivre ainsi ? Hanté par des souvenirs ? Il faut croire que certains oui….

Bonne lecture….

0 Réponses à “L’HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




sandys6 |
Because the words are my life |
LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Clé des Brumes
| laptitedevoreusedelivres
| Le point du jour n'aura pas...