• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Archive mensuelle de janvier 2010

LE CHIRURGIEN

lechir.jpg

 

Présentation de l’éditeur :

A Boston, de nos jours. Des jeunes femmes sont retrouvées à leur domicile, après avoir été torturées et tuées. Même modus operandi que ceux d’un serial killer qui avait sévi en Géorgie trois ans auparavant. Mais pour la brillante Jane Rizzoli et son équipier Thomas Moore, inspecteurs de la brigade criminelle, cette nouvelle enquête s’annonce plus déroutante que Jamais: le tueur en question a trouvé la mort, de la main même de sa dernière victime, des années auparavant. Ayant miraculeusement survécue, cette dernière, aujourd’hui médecin reconnue, a refait sa vie à Boston, justement. Coïncidence? Rizzoli et le très intègre  » Saint Thomas  » vont tout faire pour éviter que le  » Chirurgien  » n’opère de nouveau…

 

Mon avis :

Une plume acérée, une écriture rythmée. Une histoire terrifiante qu’on arrive plus à lâcher, c’est implacable.

L’inspectrice Rizzoli, victime de ses collègues masculins bien machos, et l’inspecteur Moore amoureux de la victime, survivante du Chirurgien, un chirurgien qu’il ne vaut mieux pas rencontrer……

Bonne lecture

POUR TOUS LES VINCENT DU MONDE

pourtouslesvincentdumonde.jpg

Présentation de l’éditeur :

« J’ai donné le jour à Vincent le 3 février 1981. Le 24 septembre 2000, un accident a saccagé sa vie. Et, à sa demande, je l’ai aidé à partir le 24 septembre 2003. Mais Vincent existe toujours. Non que j’aie instauré un culte à sa mémoire, mais parce que sa prière, que j’ai eu tant de mal à exaucer, fait écho à tellement de douleurs qu’elles reviennent jusqu’à moi. Plusieurs fois par jour, les témoignages, les sollicitations, les appels au secours me replongent dans ce vécu tragique. »

Depuis la disparition de Vincent, Marie HUMBERT milite, non pas pour l’euthanasie généralisée, mais pour la prise en compte de ces cas extrêmes où le devoir d’humanité ne saurait s’assimiler à un geste criminel.

Mon avis :

Pas d’apitoiement, juste le vécu de cette mère. Elle donne son avis, à peine son ressenti.

C’est un livre écrit avec un grand détachement, avec beaucoup de recul. Marie veut juste faire réfléchir le tout un chacun sur des cas sans issues, pour lesquels quelque chose devrait être fait pour les soulager. Elle ne cherche pas non plus à persuader le lecteur de se rallier à sa cause ou à son avis, ce sont juste des faits, après chacun pense ce qu’il veut…

Bonne lecture

LE LIVRE DE JOE

jo.jpg

 

Présentation de l’éditeur :

A priori, Joe Goffman a tout pour lui : un quatre pièces dans les quartiers chics de Manhattan, des aventures sentimentales en série, une décapotable dernier cri et des dollars comme s’il en pleuvait. Une vie de rêve née deux ans plus tôt, avec la parution de son premier roman Bush Falls, un best-seller corrosif rapidement adapté à l’écran. Dans ce livre, il évoquait une adolescence passée entre un père et un frère moins préoccupé à l’aimer qu’à marquer des paniers au basket, ses deux meilleurs amis ne trouvant rien de mieux à faire que d’afficher leur relation homosexuelle dans une petite ville de province très conservatrice ! Seulement voilà, ce passé riche en névroses irrécupérables refait surface lorsque le père de Joe plonge brutalement dans le coma. Contraint de courir à son chevet, le romancier, qui n’a pas remis les pieds à Bush Falls depuis dix-sept ans, va se frotter à l’hostilité des résidents locaux, bien décidés à lui faire payer ses écarts autobiographiques… Petit bijou d’humour et de sensibilité, Le livre de Joe a été accueilli avec enthousiasme par la presse américaine.

 

Mon avis :

C’est un livre qui se lit facilement. On s’attache au personnage et à la fin on ressent même de la tristesse pour lui tout en se disant que, maintenant, tout va bien aller.

Bonne lecture.




sandys6 |
Because the words are my life |
LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Clé des Brumes
| laptitedevoreusedelivres
| Le point du jour n'aura pas...