• Accueil
  • > Archives pour février 2009

Archive mensuelle de février 2009

LA QUATRIEME MAIN

livre5.jpg

 L’auteur :

John Irving est né à Exeter (New Hampshire), dans des circonstances qui ont depuis alimenté les thèmes et l’action de plusieurs de ses romans : sa mère Helen, une descendante des Winslow, l’une des plus anciennes et plus distinguées familles de Nouvelle-Angleterre, l’a mis au monde hors des liens du mariage, en refusant de dévoiler l’identité du père de l’enfant. Helen Winslow s’est plus tard mariée avec Colin F. Irving, professeur à la prestigieuse Phillips Exeter Academy. John Winslow devint alors John Irving, prenant le nom de son père adoptif. Jusqu’au milieu du XXe siècle, il ne chercha jamais à découvrir l’identité de son père biologique : « J’avais déjà un père », disait-il. Il apprit beaucoup plus tard, à 60 ans, le nom de son géniteur, John Blunt Sr., alors que celui-ci était déjà décédé. Le fait de n’avoir pas connu son père a été à l’origine de son dernier livre, Je te retrouverai, et a marqué beaucoup de ses œuvres, les femmes y élevant souvent leurs enfants seules. Étant né durant la seconde guerre mondiale, les blessés de guerre sont souvent présents dans ses livres comme en témoigne L’œuvre de Dieu, la part du Diable.

John Irving fit ses études à Exeter, où il fut un étudiant médiocre, à cause d’une dyslexie alors non diagnostiquée, mais un lutteur exceptionnel. L’émancipation de la femme, la lutte et la vie universitaire en Nouvelle-Angleterre occupent une place importante dans ses romans, en particulier dans Le Monde selon Garp et Une Prière pour Owen. Le cadre principal de ces deux romans est celui de la Phillips Exeter Academy.

 

Présentation de l’éditeur :

C’est un lac vert émeraude, quelque part dans le nord des Etats-Unis. Patrick Wallingford est couché sur un ponton tiédi par le soleil et une femme à la voix sensuelle, qu’il entend sans la voir, lui propose de retirer leurs maillots mouillés. Ce rêve est induit par un puissant analgésique administré au héros dont un lion vient d’avaler la main gauche alors qu’il faisait un reportage sur un cirque en Inde.

Mon avis :

Dur, dur…..J’ai vraiment dû m’accrocher pour arriver au bout (entre temps j’en ai lu d’autres). L’humour est vraiment particulier, l’histoire est très bizarre au début.

Il n’y a que sur les dernières pages que j’ai enfin sentie l’envie de continuer, de connaître la fin et où j’ai eu de l’empathie pour Wallingford.

 




sandys6 |
Because the words are my life |
LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Clé des Brumes
| laptitedevoreusedelivres
| Le point du jour n'aura pas...